Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Tourisme

Publié par Alain ESQUENET

Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme
Tourisme

Il faut monter dans le haut du pays par les petites sentes qui serpentent entre les maisons, découvrir une église très particulière datant du XIIe siècle avant de plonger dans l'un des plus grands trous du département (120 hectares). En effet, on extrait la pierre calcaire de Saint-Vaast depuis plus de 2000 ans. La zone de carrières s'étend jusqu'à Montataire sur une profondeur de plus de 50 mètres. Elle pourrait engloutir toute la place Charles de Gaulle, l'avenue des Champs Elysées et une bonne partie de VIIIe arrondissement. L'exploitation de la pierre a "profondément" marqué le village : le sous-sol de la commune est truffé de galeries et les déchets d'extraction constituent de véritables collines appelées ici "cavaliers". Des générations de carriers se sont succédées en ces lieux et ils y ont construit leurs maisons au fil des sentes menant à leur travail. Ils ont utilisé la pierre simplement pour se loger et cela donne un aspect un peu touffu au village.

L'église de Saint-Vaast : Construite dans la pierre du pays, d'allure assez lourde, l'église de Saint-Vaast est classée depuis 1903. On y entre par un portail encastré dans une ogive romane. Dès l'entrée, c'est l'étroitesse du choeur qui frappe : 3,15 m de large alors que les grandes dimensions intérieures de l'édifice sont de 24 m de long et 10,5 m de large. Telle qu'elle est placée entre les carrières et l'étang communal elle représente un jalon de la vie de la commune. En raison de son état, l'église de Saint-Vaast (sous étais depuis 1939) n'est qu'exceptionnellement ouverte au public.

Un étang remarquable... Comme beaucoup de villages de la vallée du Thérain, Saint-Vaast a aussi donné ses cailloux. Pendant des années, le marécage a été littéralement "sucé" laissant place à un étang de 17 hectares. Les cailloux extraits, l'entreprise est partie sans effectuer le moindre aménagement et l'étang est devenu propriété communale. Il est resté en l'état, la nature a repris ses droits, les arbres ont poussé et cela donne un aspect "lac nordique" qui ne manque pas de charme : Il est en cours de classement comme Espace naturel sensible de Picardie et un parcours éducatif devrait y être installé prochainement.

Le site des Glachoirs : C'est une ancienne carrière à ciel ouvert laissée en l'état. Ses parois verticales sont très prisées des amateurs de "grimpe" de la région parisienne.

Fontaines et lavoirs : La fontaine et les deux lavoirs superposés utilisés autrefois par les femmes du village constituent une halte de fraîcheur sur le circuit de la Randonnée des Carrières.

Hameau de Barisseuse : Ici le temps semble s'être arrêté, la pierre que de la pierre pour cette petite chapelle dédiée à St Nicolas, du costaud du bien fait pour cet immense corps de ferme et son superbe pigeonnier. Restaurée, la ferme abrite à présent un gîte de standing. Barisseuse incite à la méditation, c'est le bout du monde, le calme absolu. Ici s'arrête la route à trois feux à 35 minutes de Roissy.